Ouverture formation 2019 en Tuina orthopédique !

La session de formation 2019 est ouverte. Cyrille Favriou vous accueille sur Bordeaux pour 40 h de formation réparties en 3 week-end. Le 2 et 3 mars, le 20 et 21 avril et le 1 et 2 juin 2019. Merci de réservez votre place avant le 14 février.

La formation est ouverte aux personnes désireuses d’approfondir ou de développer le TuiNa dans une approche orthopédique. Les stagiaires seront capables d’employer ces techniques dans un contexte clinique dès la fin du cycle.

Plus d’informations ici

Que manger pendant la cinquième saison ?

Le Mouvement de retour à la Terre

Et oui dans la tradition chinoise il n’y a pas 4 saisons, mais bien 5 saisons !   On est plus en hiver, mais pas tout à fait encore au printemps…

Les textes du SU WEN et du LING SHU, montrent l’importance fondamentale d’une harmonisation physique, mentale et énergétique avec le cycle des saisons, surtout en cette période. Une période propice pour intervenir et harmoniser les relations entre les organes et préparer la saison à venir. La cinquième saison est celle de la prévention par idéal. Quel que soit l’état de santé (bon ou moins bon) d’un individu, il est de première importance que le « Centre » qui correspond au couple Rate/Estomac soit toujours bien équilibré.

Pour jouir d’une parfaite santé, l’homme doit se fondre avec les rythmes saisonniers ordonnés par le Ciel pour la Terre. Dans le cycle des saisons, la Terre correspond donc à la fin de chaque saison. Autrement dit, vers la fin de chaque saison, les énergies célestes retournent à la Terre pour se reconstituer et c’est le moment idéal pour se rééquilibrer.


La cinquième saison est liée à la rate et à l’estomac, les principaux acteurs de l’assimilation des aliments.

La diététique chinoise fait partie des cinq piliers de la Médecine Traditionnelle Chinoise, avec la pharmacopée, l’acupuncture, le massage Tui na et les exercices énergétiques (dont le Qi Gong). Selon le Huangdi Neijing, le Canon interne de l’Empereur Jaune (XXVIIIème siècle avant J.C), un régime alimentaire inapproprié est l’une des principales causes de la maladie. En cas de troubles de la santé, il faut alors changer son régime alimentaire et l’adapter en fonction de ses forces et de ses déséquilibres. C’est pourquoi, chez les Chinois, s’alimenter revient à se soigner

Alors, que manger pendant la cinquième saison ?

Lors de la 5ème saison, il faudra donc favoriser les saveurs douces qui renforcent la rate et éviter les aliments crus ou trop humides qui l’affaiblissent. Toutefois, il y a d’autres principes très simples de bonne hygiène alimentaire chinois à adapter à chaque saison, pour tous :

  • Privilégier les aliments locaux car ils sont normalement plus adaptés à notre constitution
  • Privilégier les aliments cuits car ils fatiguent moins la rate
  • Manger à heures précises tout en adaptant ces heures à son contexte de vie et à la saison
  • Manger dans une bonne ambiance
  • Accompagner son organisme avec la pharmacopée

extrait du site tendance santé, medecine douces

—————————————————–

Contactez Cyrille Favriou pour plus d’information au 06 14 67 44 15

2° Rencontre de la Pharmacopée traditionnelle chinoise

La 2ème Rencontre de la Pharmacopée traditionnelle chinoise a été inaugurée, avec plus de 200 praticiens venus tout spécialement des quatre coins de la France, mais aussi de Suisse, de Belgique et d’Espagne.

Ces deux jours étaient placés sous le thème des problématiques liées à l’Humidité et au Tan.
De nombreux intervenants français et chinois de haut niveau, dont le Professeur Jean-Pierre ARMAND, Président de la Fédération Européenne des Sociétés de Cancérologie, Professeur Jie Hui DU, Professeure de l’Académie nationale de la Médecine Traditionnelle Chinoise de Chine, venus spécialement pour l’évènement, nous ont fait l’honneur de leur présence. Ces conférences et ces débats furent le lieu d’échanges particulièrement féconds et enrichissants.


 Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite


Le Docteur Denis FRITZ a ouvert le grand thème de ce weekend en introduisant les Tans et l’Humidité.

Michael LETT s’est intéressé au Tan métabolique, tout en évoquant la Pharmacopée traditionnelle chinoise associée.

Philippe SIONNEAU, quant à lui, a développé particulièrement la notion de mucosités et la diversité de leurs origines. Il s’est attaché à en préciser le concept, le diagnostic, en lien direct avec la pharmacologie.

Puis ce fut au tour de la Professeure Jie Hui DU de poursuivre l’exploration des tans et de l’humidité, mais cette fois-ci, dans une optique encore différente : celle de la prise en charge de l’obésité.

Quelle maladies peut-on traiter avec la MTC ?

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est un art médical employé depuis des millénaires.


Elle utilise principalement l’acupuncture, la pharmacopée, le massage Tui Na, le Qi Gong, et la diététique pour soigner les patients.

Elle s’occupe de traiter des malades, non pas des maladies.

Il n’y a pas le malade et “sa” maladie, il y a le patient en état de déséquilibre vital, et c’est ce déséquilibre dont il faut s’occuper.
La vision de la situation pathologique est globale, non pas duelle et divisée.


Cancer et médecine traditionnelle chinoise

Lorsqu’un patient fait l’objet d’un diagnostic de cancer par la médecine occidentale, il peut aussi être pris en charge par un praticien de médecine chinoise pour que celui-ci lui permette de conserver sa dynamique vitale, et augmenter ses capacités de résistance aux traitements de chimiothérapie. Les traitements en MTC visent principalement à maintenir les capacités de défense et d’auto nutrition de l’organisme. Ils peuvent permettre aussi au patient de se maintenir dans un état psychologique favorisant un meilleur équilibre corporel.

Diabète et médecine traditionnelle chinoise

Cette maladie ressemble sous de nombreux aspects à un désordre physiopathologique appelé Xiao Ke en MTC. Cette affection peut concerner les fonctions respiratoires, circulatoires, et d’élimination, qui sont en relation respectivement avec le Poumon, La Rate-Estomac, et le Rein. La médecine traditionnelle chinoise possède de nombreux atouts pour améliorer l’état de ces fonctions en utilisant l’acupuncture, le Tui Na, et la pharmacopée.

Peut-on traiter l’acné en médecine traditionnelle chinoise ?

Ces affections éruptives sur le visage qui surviennent chez les adolescents sont soignées avec succès par la médecine traditionnelle chinoise. Elles sont dues le plus souvent à ce qu’on appelle en MTC une accumulation de chaleur-humidité dans le Foie et la Vésicule biliaire, et le traitement vise à “nettoyer” ces fonctions pour restaurer leur équilibre. Cela peut se faire par l’acupuncture associée ou non à la pharmacopée.

Migraine : des solutions avec la médecine traditionnelle chinoise ?

Les migraines ou maux de tête peuvent être dus à de nombreux facteurs. Soit ils sont dus à une faiblesse interne, soit à des affections dans lesquelles des agents pathogènes perturbent l’équilibre de la circulation des substances physiologiques. Pour traiter en médecine chinoise, il convient de bien mettre en évidence les différents facteurs responsables de la situation. De plus, selon le lieu où se situe la douleur, les traitements seront différents, car chacun de ces lieux correspond à un trajet différent de circulation de ce qu’on appelle le QI (méridien). De plus le traitement sera différent si le mal de tête s’accompagne de douleurs oculaires, de vertiges, ou de vomissements, etc…

Traiter les allergies en MTC

En médecine traditionnelle chinoise les allergies saisonnières chroniques indiquent une difficulté à se défendre contre des substances véhiculées par le vent du climat. Cette fonction défensive s’appelle Wei Qi. Elle est conditionnée par l’état des fonctions Poumon, Estomac, Foie, et Rein. Le praticien de MTC, en faisant son diagnostic, identifie parmi ces fonctions celle ou celles qui sont le plus concernées, détermine le type de déséquilibre dont elle sont le siège, et applique les traitements qui en découle logiquement.

Hernie discale et MTC

La médecine traditionnelle chinoise peut compléter les soins occidentaux donnés pour ce type de problème en favorisant, par l’acupuncture et le Tui Na, une bonne circulation du Qi et du sang dans la zone dorso-lombaire. Deux circuits de QI (méridiens) irriguent cette zone, le méridien Du Mai et le méridien de la Vessie, et c’est sur ceux-ci qu’il convient d’intervenir pour soulager les douleurs et espérer une résorption de la hernie. Le nombre de séance peut varier selon la réceptivité du patient.

Sciatique et MTC

Cette douleur qui affecte le membre inférieur, soit sur sa face latérale, soit sur sa face postérieure, soit les deux, est nommée “sciatique” en médecine occidentale. En MTC, ce terme n’est pas d’actualité puisque la médecine chinoise ne fait pas de diagnostic tissulaire. Par contre ce problème correspond à un problème de circulation du Qi et du sang dans le méridien du Du Mai, de la Vessie, ou de la Vésicule biliaire. Des protocoles acupuncturaux performants sont mis en place afin de régulariser la circulation du Qi et du sang dans ces méridiens et calmer voire supprimer la douleur. Le Tui Na, combiné à l’acupuncture peut contribuer également à apporter des soulagements certains.

Grippe et MTC

La MTC n’aborde pas cette maladie de la même façon que la médecine occidentale. En effet, pour la médecine traditionnelle chinoise, l’identification des virus ou des microbes ne fait pas partie de son diagnostic. Elle part du principe où si le corps ne peut pas se défendre contre l’influence des climats, c’est parce qu’il y a une faiblesse interne qui empêche une bonne adaptation des fonctions défensives, ce qui entraîne une altération de l’équilibre de la vitalité. Le traitement vise à identifier le type de faiblesse interne ainsi que le type d’altération physiologique qui en est la conséquence. Il faudra alors renforcer les défenses et à éliminer les distorsions physiologiques qui en sont la conséquence.

article extrait du site https://www.catc.fr